En 1986, un accident de la route touche un jeune homme de 25 ans. Ses parents, ses frères et sœurs, ses amis font tout pour lui venir en aide. Touchés et ébranlés par ce drame, ils sont déterminés à faire face et à se battre contre l’adversité.

Après avoir créé l’association A.C.O.R (Association du Centre de l’Orval) en octobre 1989, (association loi 1901, à but non lucratif) ils mobilisent leur entourage, les élus locaux, nationaux, le milieu associatif et les pouvoirs publics afin d’obtenir les financements nécessaires pour répondre aux attentes d’un public « traumatisé crânien » mal connu à cette époque, mais, ô combien, singulier.

L’objet social étant de favoriser et promouvoir l’accueil et la réadaptation de personnes victimes d’un traumatisme crânien, au sein d’un lieu de vie stimulant en prenant en compte leur bien-être.

L’association ACOR adhère à l’U.N.A.F.T.C. (Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés crâniens et Cérébro-lésés). Elle fait partie des membres fondateurs d’un G.C.S.M.S. (Groupement de Coopération Social et Médico-Social), émanation de l’U.N.A.F.T.C.

Appelé « CAP/TCL », (Coopération pour l’Accompagnement des Personnes Traumatisées crâniennes et Cérébro-Lésées), et autorisé depuis 2011, ce groupement national instaure un nouveau cadre pour la coopération en matière sociale et médico-sociale.

Il permet l’optimisation et la mutualisation des ressources, se définit comme un lieu d’échange  de pratiques, d’évaluation, d’expérimentation ; il accompagne la création d’un centre de ressources national et inclut la possibilité de gestion directe d’établissements et services.

Il inscrit notre association et ses services dans un groupe dynamique et homogène partageant les mêmes valeurs.

Poème historique

Print Friendly